VIER PFOTEN App nun für Iphone/Ipad und Android erhältlich


VIER PFOTEN App Download für
AndroidAndroid

IphoneIphone

Elevage pour la chasse: l'industrie sud-africaine des lions


Non seulement la chasse aux lions d'élevage doit être refusée pour des raisons éthiques. Pour les lions dans les fermes d'élevage en Afrique du Sud, le calvaire commence dès la naissance.

 

 

 


Séparés trop tôt de leur mère

Les bébés lions sont séparés de leur mère souvent seulement trois jours après la naissance. Mis à part la souffrance morale des animaux, cette pratique a des conséquences fatales: des carences apparaissent souvent à cause du manque de lait maternel. Les jeunes animaux souffrent de déformations osseuses, de difficultés digestives et respiratoires, de problèmes de thyroïde, de carence en calcium et de nombreuses autres maladies, dont ils pâtiront une fois adulte.

Les conditions de détention sont également souvent totalement inacceptables pour les jeunes lions: L'eau, la nourriture ou l'ombre manquent dans de nombreux enclos. Dans le pire des cas, les jeunes femelles sont tuées à la naissance, car elles sont moins demandées pour la chasse.


Carressages néfastes

Les petits lions sont déjà maltraités lorsqu'ils sont bébés, pour des attractions touristiques. Par leur élevage à la main, ils sont marqués par l'homme de façon voulue. Partout en Afrique du Sud, vous trouverez des offres pour caresser et photographier des bébés lions ou pour se balader avec des lions un peu plus grands.

Pour les lionceaux sans mère, c'est un stress immense: les jeunes animaux ont un énorme besoin de repos et le contact constant avec l'homme et les mauvaises conditions  de détention provoquent de graves troubles du comportement. Leur développement physique est aussi fortement perturbé. De plus, des gens sont régulièrement attaqués et blessés par des jeunes lions.


Des lionnes utilisées comme machines à reproduire

Les lionnes d'élevage sont de nouveau fertiles peu après qu'on leur a retiré leurs petits et immédiatement fécondés. Maltraitées comme "machine à reproduire", elles sont continuellement traumatisées par la perte de leurs bébés. Comme les lionnes peuvent donner naissance beaucoup plus fréquemment que dans des conditions naturelles, elles sont épuisées et affaiblis après quelques années et cela se répercute sur la santé de leurs petits.

Dans la nature, les lionnes ont des petits environ tous les deux ans; dans les fermes d'élevage c'est tous les six mois. Les lionnes affaiblies ou trop petites finissent souvent comme "offre spéciale" pour les chasseurs.


Une belle apparance pour les touristes...

Les éleveurs de lions se qualifient à tort comme "protecteurs de la nature" et affirment aux touristes que les animaux sont élevés pour être relâchés en liberté. C'est une désinformation flagrante. Les prédateurs nés en captivité, en particulier ceux élevés à la main, ne peuvent jamais être relâchés dans la nature avec succès.


… et volontaires

Des volontaires d'Europe sont souvent attirés par les fermes d'élevage pour collaborer à l'élevage de lions. Ces volontaires payent souvent beaucoup d'argent pour un séjour de six mois dans ce qu'on appelle des "centres d'accueil" ou "réserve naturelle".
Mais ces offres n'ont rien à faire avec la protection des animaux ou des espèces: les jeunes lions souffrent dans ces fermes. Le volontaire qui suit ici un stage, soutient la cruelle industrie des lions – même sans le savoir ou sans mauvaises intentions.

La triste case finale d'un lion d'élevage d'Afrique du Sud est en général une ferme pour le Canned Hunting.

 

 

 


imprimer